Mercredi 2 Février 2011 : Jour de crêpes et madeleines…

16h17

Comme toute bonne mère qui se respecte je viens de faire mon petit paquet de crêpes qui a été aussitôt englouti par des appétits voraces. Mais je voulais revenir aujourd’hui sur le téléfilm de Nina Companeez vu hier sur France 2. Quand la télévision française se décide à faire du culturel, ça fait mal ! Annoncé avec armes et fracas, l’adaptation de A la recherche du temps perdu a donc attiré ma curiosité hier soir. Ayant loupé les épisodes précédents, je me suis donc retrouvée au tome « A l’ombre des jeunes filles en fleurs », à Balbec. Le décors, les costumes sont dignes à la fois de Proust et de Nina Companeez dont j’aime en général les téléfilms depuis le très célèbre « Les Dames de la côte ». Ce qui m’a tout d’abord fort surprise est le personnage du narrateur : impossible pour moi de ne pas rire ! je suis désolée mais ce jeune homme me faisait incontestablement pensé à Mr Bean oui oui, Mr Bean… si bien que, j’ai eu un peu de mal à me couler dans l’histoire. Le côté ridicule du personnage a largement orienté mon appréciation de ce feuilleton. Cependant, et malgré un léger endormissement, j’ai suivi avec relativement de plaisir cette vision résumée et télévisuelle de l’oeuvre magistral de Proust ! Par contre, la bande annonce des derniers épisodes, diffusés ce soir, m’a fait bondir ! en effet, le feuilleton est annoncé comme étant : « les mémoires de Marcel Proust » !!! au secours ! mais quand va-t-on enfin se départir de cette facheuse tendance à tout ramener au biographique ! NON, A la recherche du temps perdu n’est pas une autobiographie de Marcel Proust et non, le narrateur n’est pas Marcel Proust ! Décidément la vulgarisation de la littérature semble toujours devoir passer par des erreurs d’interprétation !

« J’ai eu le malheur de commencer mon livre par le mot « je » et aussitôt on a cru que, au lieu de chercher à découvrir des lois générales, je m’analysais au sens individuel et détestable du mot », écrit Marcel Proust.

Publicités

15 réflexions au sujet de « Mercredi 2 Février 2011 : Jour de crêpes et madeleines… »

  1. Ben zut alors ! Moi, j’ai super aimé. La couleur, les costumes, les paysages, les caricatures… des tableaux vivants. J’ai apprécié le côté théâtral et les personnages précieux. Justement, le ridicule de la société de ce siècle. Mais surtout les couleurs. Tout était élaboré. C’était du satin, de la mousseline et du velouté. J’avais envie d’étaler cette douceur sur une toile. Je retourne ce soir…
    Bonne nuit.

    • Le style Companeez est incontestablement magnifique, mais je t’avoue que le narrateur m’a semblé trop ridicule pour me toucher !

  2. Oui, alors j’ai eu la même sensation que toi enfin me voila complètement rassurée d’apprendre que le narrateur n’est pas Marcel Proust!

    Ma foi je persiste ce soir aussi j’ecoute le texte!

  3. Chez nous, les crêpes c’était ce soir… Par contre, en ce moment c’est mon homme le chef de la zapette et j’ai pas eu trop le choix : Enquête Exclusive sur les dérives des fourrières à Paris…hihi
    C’est bizarre qu’une mini-série de Nina Campaneez ait été si « légère » avec la réalité des écrits… Il m’avait pourtant semblé qu’elle était très à cheval sur le fait de bien « coller » aux œuvres qu’elle adapte justement… « Les dames de la côte » c’était des rêveries à n’en plus finir avec ma cousine quand nous avions une quinzaine d’année… En pleine période « romantisme aigü », c’était pour nous le summum de la chose… 😉

    • ça devait être passionnant la fourrière !!!!
      Toi aussi « les dames de la côte » ont bercé ta jeunesse ! j’ai adoré ce feuilleton, je crois le connaître par coeur !

  4. Rien que la bande annonce ne m’a absolument pas plu, même si d’habitude je suis assez indulgente sur ce genre de téléfilm qui me permet de me faire une idée d’une oeuvre aussi magistrale. Du coup, je n’ai pas regardé, je préfère me laisser le temps de reprendre dans de bonnes conditions ces pavés entamés en prépa !

    • Je l’ai lu jusqu’au tome « A l’ombre des jeunes filles en fleurs »… il faudrait que je m’y remette aussi, j’ai tous les tomes en folio dans ma bibliothèque !

  5. Je n’ai pas vu ce téléfilm, mais je ne suis pas sûre que Proust soit adaptable en film : comment rendre à la fois la sensualité de ces textes, et leur intellectualisme profond…

  6. Je suis toujours en jet-lag avec mes appréciations, mais bon…j’ai des excuses valables cette semaine. Mais j’adore ce journal et je ne pouvais passer à côté de ce sujet.
    Effectivement, malgré mon admiration pour Nina Companeez, je l’ai trouvée légère sur ce coup ! Comme toi, le narrateur m’a semblé sortir de rééducation après un AVC, et je me suis endormie avant la fin du 2ème épisode !
    D’accord, les jolis décors, les jolies toilettes, les jolies jeunes filles en fleur, mais le côté linéaire du texte ne m’a pas convaincue du tout. Déception par rapport à l’attente… Le point positif, c’est qu’il m’a donnée l’envie de relire Proust et ça, c’est déjà pas mal !

Un petit mot sera le bienvenu

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s