Dimanche 7 Octobre 2012 – 18h03

Un petit billet réflexion aujourd’hui.

Suite à la lecture d’un billet chez Saxaoul qui regrettait que certains billets de blog en disaient trop sur les romans et donc dévoilaient des faits qu’il aurait fallu tenir secrets pour que le roman garde un certain mystère pour les futurs lecteurs, je me suis interrogée sur ma façon de faire mes billets. Je suis comme tout le monde, je n’aime pas que l’on me raconte le livre avant que je ne le lise. J’ai envie d’en savoir suffisamment pour qu’il me fasse envie, mais pas trop pour me laisser le plaisir de la découverte. Ce point de vue est celui de la lectrice de blog.

Mais mon avis de blogueuse est un peu différent. Tout dépend en fait de ce que l’on veut faire de son blog. Au-delà de présenter les livres que je lis, ce que j’aime faire dans mes billets c’est analyser le roman. Chercher les thèmes importants, trouver une symbolique, en sonder la profondeur. Alors parfois il m’arrive d’en dire peut-être un peu trop. Certains blogueurs annoncent la couleur par un gros spoiler qui clignote et prévient ainsi que ce qui va suivre va révéler quelques éléments de l’intrigue. Quand le roman est basé sur une intrigue policière ou d’aventure, il est évident que c’est très gênant pour le lecteur de connaître à l’avance un rebondissement minutieusement concocté par l’auteur (c’est notamment le cas pour Du bout des doigts que je suis en train de lire)

Cette question va aussi plus loin puisqu’il met en rapport : la volonté de parler d’un livre pour telle ou telle raison, donner son avis sur le livre dans son intégralité, et le souhait de donner envie aux autres de le lire. Et cette question frôle du même coup une autre problématique : nos blogs sont-ils avant tout des avis de lecture à but non lucratif (si je puis dire) ou se rapprochent-ils dans leur fond des critiques professionnelles dont le but est plus « mercantile », ou si l’on veut, est de faire lire le livre et donc accessoirement, pour les critiques, de faire acheter le livre ? Bien sûr, le blogueur ne gagne rien à faire lire un livre, sauf évidemment le plaisir d’avoir donné à d’autres l’envie de le lire à leur tour. Il n’a donc pas les contraintes du critique pro. Mais le risque est aussi de faire un simple descriptif avec un avis assez généralisant. Le tout est donc de trouver la juste mesure, ce qui, je le reconnais volontiers, n’est pas le plus facile, et objectif que je tente toujours d’atteindre.

Je n’ai donc pas vraiment la solution, car à chaque nouveau billet la question se pose : qu’en dire sans trop en dire ? Comment parler de tel ressenti, sans dévoiler plus qu’il n’en faut ?

Je sais que certains blogs optent délibérément pour parler du livre dans son intégralité en faisant fi des futurs lecteurs, mais la majorité des blogs optent pour cette entre-deux si difficile à atteindre. Car, je le reconnais, il m’est parfois arrivé de ne pas parler d’un élément du livre parce que cela aurait entraîné de dévoiler une partie de l’intrigue. Reste à savoir comment je m’arrange avec cela. Il m’arrive souvent, dans ce cas, de le regretter, mais je me dis qu’il serait dommage pour les lecteurs d’être au courant de tel fait avant de lire le roman. Et puis il y a certains romans pour lesquels si je ne parle pas de tel fait, je n’aurais rien à dire du livre, donc je lève le voile un peu plus haut. Et là ce sont les lecteurs du blog qui peuvent le regretter.

Je suis donc face à un réel dilemme.

32 réflexions au sujet de « Dimanche 7 Octobre 2012 – 18h03 »

  1. Débat intéressant effectivement. Tu sais, je pense, que je n’aime pas en dire trop. en revanche si on veut analyser le roman comme tu le fais c’est difficile d’y échapper, ce n’est pas mon objectif et d’ailleurs j’en serais bien incapable donc je me contente de donner mon avis. Chacun fait comme il le sent, et de ce fait quand je n’ai pas lu un livre je survole les billets ‘par sécurité’ 😉

  2. Pour ma part, cela dépend vraiment de mon ressenti mai en règle générale j’essaye de rester très vague quant à l’intrigue et de me concentrer sur mon ressenti à la lecture, sur les points qui m’ont marqué en prenant soin de ne surtout pas dévoiler l’intrigue…

  3. Ben, pareil, parfois j’ai envie de faire certaines réflexions, et je ne peux pas parce que je ne veux pas trop en dévoiler. D’autres fois, je parle du livre comme si tout le monde l’avait lu. C’est vrai que ce n’est pas simple…

  4. Je me posais justement encore la question à propos de Serum dont je viens de finir le second épisode. Je vais devoir mettre une mention « attention spoiler » car cet épisode reprend forcément des éléments acquis dans le premier. Du coup, ceux qui n’ont pas encore commencé la série risqueraient de m’en vouloir si je ne les préviens pas (en même temps, si je parle de l’épisode 2, ça devrait suffire à les dissuader de me lire…).
    Sinon oui j’ai déjà spoilé un livre (A la folie de Pascal Marmet par exemple) et cela m’arrive relativement souvent quand je dois écrire des billets négatifs…Je suis pratiquement obligée d’en passer par là si je veux vraiment expliquer en quoi un livre m’a déplu.
    Ca n’est pas l’déal je le sais bien. A chaque fois, j’essaie de faire autrement et puis je me dis « oh et puis zut »…

  5. Comme nous toutes, j’ai ce même problème. Mais tout dépend des livres. Certains, par exemple Le Jardin des Secrets, m’avaient donné envie d’en dire beaucoup et finalement en réflechissant, mon ressenti positif s’appuyait uniquement sur l’histoire. Mon billet fut donc plus court. Je pense que c’est plus simple quand ce sont des classiques, car on connait les histoires.

    L’intérêt n’est bien sûr pas de faire lire pour vendre des livres, tout comme le bibliothécaire qui conseille n’a pas pour but que le lecteur se dirige vers la librairie après, mais d’aider les gens qui se retrouvent sur notre blog, de les aiguiller au milieu de cette énorme botte de foin qu’est la production éditoriale passée et présente. Pointer les grands thèmes, analyser, donner notre ressenti, tout ça doit se faire sans déflorer l’oeuvre. C’est possible, mais c’est effectivement une gageure à chaque billet (et j’ai échoué une fois, avec Washington Square, mais sans m’en apercevoir ..). Tout l’art du blog tient dans cette subtilité pour moi …

    • Le tout est de savoir si notre blog a dans sa fonction profonde une fonction de « prescription » ou si il peut aussi être simplement un compte-rendu de lecture, lequel compte-rendu peut aussi bien sûr donner envie de lire, mais du coup la pression en serait moins forte.
      Après, comme je le disais, pour certains genres littéraires, il va de soi, me semble-t-il, que certains faits sont à cacher. Je ne me vois pas révéler l’assassin d’un polar, par exemple.

  6. j’évite d’en dire trop…
    et comme tous et toutes, quand j’ai envie de lire un livre chroniqué, je passe vite et en diagonale.
    mais je reste disponible pour parler du livre et de sa fin avec toute personne qui m’en parlerait par courriel !

    • Tu soulèves quelque chose d’intéressant ! faire en fin de billet une sorte de synthèse de notre avis pour ceux qui veulent lire le livre et ne veulent finalement qu’un avis global. Je le fais parfois, mais pas de façon systématique.

      • j’ai pris cette habitude car j’aime bien lire les avis mais pas trop en savoir tout de même. D’ailleurs j’essaie de pas trop en mettre dans mes avis de lecture pour laisser une part de mystère. Si je développe plus, j’essaie de faire une petite conclusion à la fin mais je n’y pense pas toujours. Je trouve que le dosage est dur à trouver. Ce que j’aime dans tes billets justement c’est que l’analyse est complète.

  7. Pour pousser la réflexion un peu plus loin, j’ai personnellement tendance à préférer les billets qui proposent une réflexion personnelle, un avis, plutôt qu’une vraie analyse littéraire. Pourquoi ? Tout simplement parce que je n’ai pas beaucoup de temps et que je cherche sur les blogs des idées de lecture. Pour moi (mais ce n’est que mon avis et je comprends qu’on puisse en avoir un autre), il n’y a donc pas nécessairement besoin d’une réflexion très poussée. Du coup, pas besoin de spoiler les lecteurs 🙂 ! J’ai un exemple précis en tête : les billets qui parlaient de L’ÉVÉNEMENT qui a lieu au milieu de « Sukkwan Island » de David Vann m’ont donné beaucoup plus envie de découvrir ce roman que ceux qui en proposaient une analyse. Encore une fois, ce point de vue n’engage que moi !

  8. Comme d’habitude le sujet que tu nous soumets fais réfléchir sur nos pratiques. Oui, le partage de nos lectures est un exercice difficile. Merci pour cet article.

  9. Je crois que je n’en dis jamais trop notamment parce que ça ne m’intéresse pas de « raconter », il y a wikipedia ou les sites type fnac.com pour ça. J’essaie malgré de mettre en avant les aspects marquants d’un livre, même si ce n’est pas évident, comme tu dis, il ne s’agit pas seulement de donner envie, d’émettre un jugement mais aussi d’analyser.

  10. Gros problème, en effet, auquel j’ai été notamment confrontée avec Du bout des doigts! 🙂
    Mon objectif est de donner envie de lire ce que j’ai aimé, et de ne pas gâcher le plaisir des lecteurs qui n’ont pas les mêmes goûts que moi qui seraient tentés par ce que je n’ai pas aimé. J’essaye donc d’en dire assez pour donner envie de découvrir le livre, mais pas trop. Et je me demande régulièrement si je n’en dis pas trop.
    J’ai pris le pli de faire un billet par série plutôt que par tome de manga/BD/roman…, d’une part pour avoir une vue d’ensemble, et d’autre part pour ne pas spoiler. Chez les autres, je ne lis que les billets sur les premiers tomes, à moins d’en être arrêtée au même point de la série que l’auteur du billet ou d’avoir déjà lu le tome chroniqué.
    J’ai plus de mal pour les essais. Je pars du principe qu’il y a beaucoup moins de chance que mes lecteurs les lisent que les ouvrages de fiction aussi, quand ils m’ont intéressée, j’ai envie de faire passer ce qu’il y a dedans. J’opte donc plutôt pour un compte-rendu, en donnant mon avis au passage. Je parle donc de l’ensemble du livre. Tout en essayant de veiller à ne pas tout aborder pour laisser le plaisir de découvrir certains chapitres à ceux qui s’y risqueraient. Néanmoins, je m’interroge beaucoup à propos de cette façon de faire et de sa pertinence.

  11. Bon sujet! Personnellement, je sais que je suis longue dans mes billets lecture, une fois lancée, je ne sais plus m’arrêter! Seulement, j’essaie de ne rien dévoiler en termes d’éléments importants. Lorsque je rédige mon avis, je jette un oeil régulièrement sur la 4ème de couverture pour vérifier si je n’en dis pas plus. Aussi, lorsqu’un roman m’intéresse, j’évite de trop en lire sur les blogs et relis les avis après ma lecture. C’est aussi un travail en tant que « lecteurs », de ne pas trop en lire sur le roman en cours pour avoir la surprise durant! Si tu veux mon avis, je ne trouve pas que tu en dises de trop, j’aime bien tes billets 🙂

    • Effectivement il faut aussi se placer en tant que lecteur, et comme toi j’évite de lire les billets sur des livres que je suis soit en train de lire, soit que je pense lire très prochainement. Je les lis après lecture et après avoir rédigé mon propre billet pour ne pas être influencée.

  12. Difficile en effet ! J’essaie de ne pas en dire trop sur l’intrigue pour ne pas gâcher le plaisir du lecteur, je reste sur mon ressenti. Et lorsque je lis les billets des autres, j’évite de trop en lire, pour ne pas me gâcher mon plaisir de lectrice, j’aime découvrir l’intrigue et ce qui attend les personnes au fur et à mesure de ma lecture. J’aime tes billets car tu t’attardes sur le style, les influences, etc, et il ne me semble pas que tu dévoiles trop de choses

  13. Voilà un sujet intéressant ! Je pense qu’un trop long descriptif est inutile mais pas de descriptif n’est pas bien non plus dans la mesure où l’on aime savoir de quoi « ça parle », un sujet n’ayant pas le même intérêt pour tous. Avec le temps, je spoile moins^^, mais je ne peux pas parler d’un livre sans y mettre mon ressenti et une analyse même discrète ! Mais parfois l’analyse et le ressenti peuvent spoiler autant qu’un long descriptif, bref tout ça pour dire que je m’arrache de plus en plus les cheveux pour écrire certains billets, surtout quand j’ai aimé ! Je n’aime pas le fait que certaines pensent que « tout le monde l’a lu », donc allons-y ! En ce qui te concerne, tu n’en dis jamais trop !!! 🙂

    • Est-ce alors à dire que je n’en dis pas assez 😉 !
      Oui ce n’est pas évident et le problème se repose à chaque nouveau livre à commenter. Mais bon, je crois qu’il faut surtout éviter de se prendre trop la tête sinon on n’écrit plus rien.

  14. C’est compliqué tout ça ! ^^ Pour ma part je fais au cas par cas. Comme tu le soulignes, on ne peut pas dévoiler le contenu d’un polar comme on peut le faire pour un document. J’écris toujours en essayant de me mettre à la place de mon lecteur (ça fait pompeux de dire ça :p). Je fais attention à ce qu’on sache : de quoi je parle, pourquoi ça m’a plu, pourquoi ça ne m’a pas plu. Et je fais attention à ne pas trop en dire si j’estime que le plaisir de la lecture vient de la découverte de certains éléments par soi-même. Mais c’est vraiment au cas par cas 🙂
    Ton billet était intéressant en tout cas, j’aime bien tes articles « réflexion » 🙂

Un petit mot sera le bienvenu

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s