Mercredi 8 Juin 2011 : tweet tweet tweet

9h10

Je suis abonnée à Twitter depuis plusieurs mois, mais comme souvent, je m’abonne sur un coup de tête, je trifouille un jour ou deux, je ne comprends rien, je n’en vois pas l’utilité et j’oublie… et puis, le week-end dernier, comment cela est venu, je ne le sais plus exactement, mais voilà que je m’y suis remise, que j’ai retrifouillé, que j’y ai compris quelque chose (enfin pas tout tout de suite, des âmes généreuses m’ont expliquée notamment le fameux #FF), que j’y ai croisé une, puis deux, puis trois puis toute la smala des blogueuses en folie, et ainsi, de tweet en tweet, le pli était pris… me voilà entrée dans twitter alors même que le mot entre dans le Robertjolie coïncidence !

A quoi ça sert ? Vaste question.

– Rester en lien avec sa communauté…??? certes, mais quand on est déjà en lien par les blogs, Facebook, hellocoton… est-ce vraiment la seule raison ?

Promouvoir son blog ? comme on vend du camembert ? bof !

Se tenir au courant de l’actualité ? oui, peut-être, quoique …

Non, la question est ailleurs. Je crois surtout que, pour moi, twitter est juste un truc en plus, une façon ludique de dire en peu de mots ce qui passe par la tête, de rendre compte de l’avancée d’une lecture, de transmettre un lien, de partager le billet d’une amie, d’avoir des nouvelles d’autres…

Je crois aussi que je suis dans une phase d’envie tout azimut : envie de lecture, de rangement, de légèreté, de découverte, de rencontre et de partage… j’ai une étrange sensation de bien-être, de m’être retrouvée, d’avoir réintégré une partie de mon être et d’être enfin en accord avec mes désirs… j’ai laissé tomber les préoccupations secondaires, les lourdeurs, les gens encombrants et pesants par leurs piques, j’ai fermé la porte à tout cela, pour être ce que j’ai envie d’être, envie de faire les choses pour moi et non contre les autres, envie de sourire comme le dit si bien Nane ce matin sur son blog ! Je m’en fous désormais de ce qu’on dira de moi, de mon blog, de mes billets, de mes challenges, de mes défis, de mes lectures, je m’en fous de savoir si mon blog est intello ou creux, j’avance, et c’est cela l’essentiel.

Le bonheur ce matin, pour moi, pourrait ressembler à ces tableaux merveilleux que j’ai découverts il y a peu du peintre Peter Séverin Kroyer : des promenades en couple sur la plage, une petite fille songeuse, un dîner entre amis et une lecture à l’ombre d’un arbre.


Mardi 7 Juin 2011 : Il pleut…

8h58

Deuxième journée du défi lecture qui commence. Ce matin, comme tous les matins, j’ai lu pendant une heure au chaud sous la couette tandis que la pluie frappait le vasistas au-dessus de ma tête… Les Chutes, roman puissant, une écriture qui file, un sentiment de drame qui se profile… une cinquantaine de pages tournées… malgré tout, j’aurai sans doute du mal à être au rendez-vous de la LC du 10 juin…

La patineuse de mon marque-page glisse lestement entre les lignes de Oates…

Je vais reprendre, et espère finir ce matin, le roman de Dorothéa Razumovsky…. j’en suis à la moitié… la maison est sombre et silencieuse…

10h13

A tout défi son logo….. et en attendant je ne lis pas….

13h48

Je viens de finir LesVaches Rouges ou un dernier amour de Dorothea Ramuzovsky… Seulement une petite heure et demi de lecture depuis ce matin. Un roman original, drôle et émouvant… il me reste à faire le billet sur le blog de lecture… Organisée, je serai !

18h52

Petit bilan de la deuxième journée !

J’ai donc fini Les Vaches rouges et j’ai commencé la lecture de Anaïs de Michaël Collado…

Donc ce matin : 1h de lecture, 50 pages

Cette après-midi : 1h10 de lecture, 71  pages

Total : 2h10 de lecture, 121 pages

Je constate que mon rythme de 50 pages par heure est très ancré, et que je suis loin de mon timing… il faut que je limite les pauses ordi ! Ces deux jours de lecture ont été bien agréables grâce à des romans bien écrits et intéressants… à suivre…

Lundi 6 Juin 2011 : et si j’essayais…

13h46

Le temps libre est revenu, et s’ouvre à moi la possibilité enfin tant désirée de consacrer plusieurs heures par jour à la lecture. J’ai suivi avec attention, envie et admiration l’initiative personnelle de Marie pour venir à bout, ou du moins entamer quelque peu, sa PAL. Plusieurs romans reçus en SP m’attendent, et je ressens un certain remord à avoir dû retarder ces lectures que j’ai choisies, et acceptées, aussi je me lance un petit défi personnel, dont je raconterai ici l’avancée.

Je ne pourrais me consacrer à ce défi que les jours où mes enfants sont à l’école, soit les lundis, mardis, jeudis et vendredis, et il devrait pouvoir s’étaler sur 3 semaines à compter d’aujourd’hui ! Mes horaires seront, peu ou prou les suivants : 9h-12h ; 14h-16h soit 5 heures par jours, 4 jours par semaine ! Comme il s’agit de lecture et non de travail administratif, il est bien évident que ces horaires ne sont que purement informatifs ! et que je me réserve le droit de faire de grosses entraves. D’autre part, je continuerai à lire, en dehors de ces horaires, les livres de ma PAL (soit le matin, le soir et les autres jours de la semaine).


Enfin, j’ai prévu de créer une page spéciale dans laquelle je recenserai les romans proposés par les maisons d’édition qui m’ont contactée, cela servira de liste, point de repère essentiel.

Avant que l’idée ne se fasse réellement jour dans ma tête, j’ai commencé ce matin et ai lu pendant 1h, la fin du texte de Pierre Jourde La Présence soit 60 pages.

A présent je vais commencer : Les Vaches rouges ou un dernier amour de Dorothea Razumovsky.

Allez c’est parti !


18h56

Premier bilan de la journée… La lecture de l’après-midi a été interrompue par une petite sieste sournoise, mais j’ai pu continuer à lire un peu après la sortie de l’école.

Donc ce matin : 1h de lecture, 60 pages

Cette après-midi : 1h30 de lecture, 90 pages

Total : 2h30 de lecture, 150 pages

Le roman de Dorothea Ruzumovsky est très agréable, la narratrice, une vieille dame qui n’a pas dit son dernier mot, est très attachante, et drôle, une petite merveille ! Hâte de reprendre ma lecture demain matin.

Dimanche 5 Juin 2011 : après le beau temps, la pluie

12h30

L’orage a enfin éclaté hier soir, l’odeur de la terre mouillée est remontée, et la fraîcheur est revenue ! Hier, finalement, je n’ai pas lu autant que je l’aurais voulu, trop de fatigue accumulée, donc une forte tendance à l’endormissement ! Il faut d’abord que je retrouve un peu d’énergie. Les Chutes me captivent, le style de Oates est puissant et envoutant. Le marque-page a un peu progressé depuis hier :

Ce n’est pas très visible, mais il faut dire que l’écriture est dense, et la lecture, bien que passionnante, est un peu lente ! J’espère pourvoir le finir pour la LC du 10 juin ! Grâce à Oates je viens de découvrir les tableaux magnifiques de Winslow Homer :


***

Depuis hier soir, petite polémique sur un blog autour des blogs de lecture, tous des vendus nous sommes paraît-il ? Aigreur, misogynie et j’en passe, tout cela a des relents bien nauséabonds. Je me heurtent souvent à des jugements à l’emporte-pièce, et suis toujours fascinée par les commentaires si insultants qui rabaissent les femmes à des préoccupations superficielles ou qui réduisent sempiternellement la femme à la maternité, comme si le fait d’enfanter enlevait toute intelligence. La femme par sa capacité à enfanter ne serait donc pas capable de penser, l’animalité en elle (le terme de femelle a été prononcé) la réduirait donc à une vie du corps et des instincts.  La vieille misogynie ressort de son antre, l’obscurantisme patriarcal a encore de beaux jours devant lui, semble-t-il. Je ne préfère pas donner le lien vers ce blog qui est coutumier du fait. Oui, Laure Adler a raison, les femmes qui lisent sont dangereuses, et visiblement certains préfèrent ressortir les vieux oripeaux machistes plutôt que d’affronter leur propre inconsistance !

Samedi 4 Juin 2011 : Enfin seule !

14h24

Ce que je m’apprête à écrire est indigne d’une mère et d’une fidèle épouse, mais tant pis ! Aujourd’hui je suis seule ! et pas seulement pour une heure ou deux, non depuis 7h ce matin et jusqu’à 22h ce soir, je vais disposer de tout mon temps, du silence de la maison. Ce matin j’en ai profité pour traîner un peu au lit, poursuivre ma lecture entamée hier des Chutes de Oates, j’ai pu rédiger dans le calme mon billet « samedi sandien », j’ai déjeuné en regardant « le Grand journal » d’hier en décalé, et là, tranquillement j’en viens à ce journal avant de retourner lire une heure ou deux.

Il faudrait que je fasse le tri dans mes livres, que je fasse des piles : Service Presse, Livres Prêtés, Lectures Communes, Challenges, que je range, que j’organise, que je m’y retrouve un peu… Depuis la semaine dernière, depuis ma remise des dernières copies, j’ai déjà lu 3 livres, les pages s’envolent, et j’ai l’impression de lire plus vite, car plus avide, sans doute. Sur les blogs, on sent l’effervescence de la fin de l’année scolaire, les lectures communes s’affichent, se mettent à jour, les noms viennent se rajouter les uns aux autres, on sent un air de vacances se profiler et chacun paraît retrouver un peu plus de liberté. Avec cela beaucoup ont changé leur présentation de blog : nouvelle bannière, nouvelle couleur, nouvelle police. Moi aussi j’ai eu envie de tout changer, de changer la tête du blog, cela faisait deux ans qu’il n’était pas allé chez le coiffeur, le voilà tout shampouiné, comme renouvelé.

Et puis la rentrée littéraire se profile déjà ! d’année en année les livres de la rentrée de septembre sont annoncés dés le mois le juin, quelques titres commencent à percer, quels noms d’auteurs émergent, certains sans surprise, d’autres attendus…

Mon marque-page a sauté dans Les Chutes et frétille d’impatience…

Mercredi 1er Juin 2011 : Voyage du marque-page

20h24

Je vais enfin pouvoir revenir à ce journal de façon plus régulière ! et pour fêter cela je reprends l’épopée de mon marque-page au coeur de mes livres en cours !

Depuis quelques jours je suis plongée dans l’autobiographie de l’auteure irlandaise : Nuala O’Faolain On s’est déjà vu quelque part ?. Un livre qui me passionne, j’aime entendre sa voix, j’aime ce qu’elle dit des femmes, de la littérature, de la sexualité, des auteurs… Mon marque-page fait des sauts de 50 pages en 50 pages, allégrement :