Vendredi 2 Septembre 2011 : Dashboard

13h17

Quand on tient un blog on passe pas mal de temps sur son dashboard, ou tableau de bord. C’est là que l’on construit, tant bien que mal, nos billets, que l’on consulte et répond aux commentaires et… que l’on a accès aux statistiques. Les statistiques nous renseignent sur la fréquentation, sur les clics des visiteurs, ils nous permettent aussi de savoir quels sont les mots clefs utilisés pour atterrir sur notre blog, quels sites nous amènent des visiteurs etc etc. Tous ces renseignements permettent donc, un peu de savoir, qui se cachent derrière ces fameux visiteurs. Mais il existe d’autres outils souvent plus perfectionnés que ceux proposés par les plateformes de blog, et qui, donc, permettent d’affuter nos données. Grâce à celui que j’ai installé sur mes blogs il m’est possible de connaître quelle adresse IP se rend sur mon blog (et là on fait des découvertes intéressantes), mais aussi la nationalité de mes visiteurs, et le temps qu’ils restent sur le blog.

Ainsi entre le 30/8 et le 2/9, j’ai donc pu constater que 87% de mes visiteurs du blog de lecture vivent en France,  2,80% en Belgique, 2% au Canada et moins de 1% du reste du monde (Allemagne, Etats-Unis, Irlande, Hongrie, Suisse, Guadeloupe ou encore Angleterre, mais aussi la Tunisie, l’Algérie ou la Polynésie).

Tout cela est très bien, mais la page Visit Length (Durée des visites) permet de relativiser pas mal de choses. En effet, comme je le disais, les stats informent du nombre de visiteurs uniques (c’est-à-dire que le site ne comptabilise qu’une seule fois la visite d’un internaute, même si celui-ci revient 10 fois dans la journée) : ce mois-ci le blog de lecture a donc reçu près de 12700 visiteurs uniques, mais…sur la période du 30 août au 2 septembre on découvre ça :


Observons de plus près ce camembert digne des meilleurs Trival Poursuit ! C’est ainsi que j’apprends, oh désolation !!! que 68,1% de mes visiteurs restent moins de 5 secondes sur mon blog ! mais je m’étonne un peu quand je constate que la part de camembert jaune représente les visiteurs s’installant confortablement pendant plus d’une heure ! à se demander ce qu’ils peuvent bien faire pendant une heure sur ce blog ? Pour les autres parts :

  • Le Bleue : durée entre 5 et 30 secondes juste le temps de constater que décidément ce n’est pas ce qu’on cherchait
  • La Rose : durée entre 30 secondes et 5 mins… temps moyen apparemment ?
  • La Orange : durée entre 5 et 20 minutes, ce n’est pas si mal, le temps de lire un ou deux billets peut-être !
  • La Rouge : durée entre 20 minutes et une heure, tout mini riquiqui

Je me suis bien amusée à fureter dans tous ces stats, parce que cela m’a permis de mieux percevoir l’identité de mes visiteurs, de mieux comprendre la part cachée de l’iceberg, ce qu’ils lisent comme billets (pas forcément les plus récents!), combien de temps ils restent, combien de fois ils reviennent et aussi de constater que beaucoup d’entre eux ne laissent pas de commentaires… toutefois, le mystère est à moitié dévoilé car, et c’est tant mieux finalement, une nationalité, une adresse IP, une durée ne disent finalement pas tant que ça sur la personnalité réelle de ces visiteurs, et les commentaires restent sans doute la meilleure façon de connaître ceux qui nous lisent.

Jeudi 1er Septembre 2011

12h13

Hier fut de ces journées précieuses et douces comme je les aime. Une petite journée pour retrouver ma famille, embrasser mon neveu (si beau et mon Dieu si grand!!!) et ma belle Garance, passer du temps au soleil, faire un beau pique-nique, entendre filer des planeurs dans l’air…

… et se balader à Chérence, village où a vécu Nathalie Sarraute.

Un village silencieux aux maisons fleuries, et accueillantes, où il doit faire bon vivre, lire et écrire.

J’ai également pu me rendre dans une librairie de Vernon dont j’avais entendu parler sur FB : La Compagnie des Livres, mais j’avoue avoir été très déçue par l’accueil peu souriant, et peu chaleureux du lieu. Eliot a eu droit à deux remontrances, mais nous n’avons pas été salués d’un seul bonjour, ni d’un seul sourire pour compenser : dommage. Si les enfants n’ont pas le droit de feuilleter les livres qui leur sont destinés, et s’ils doivent être espionnés et rabroués aux moindres de leur geste, mieux vaut peut-être éviter les rayons de livres pour enfant. Quand je compare avec la Griffe Noire, et la liberté laissée aux ado et aux enfants de s’asseoir sur de gros coussins, et de lire comme cela leur chante…. Bien sûr il est normal de faire attention aux livres, et je le répète suffisamment à mes enfants pour qu’ils sachent que les pages des livres doivent être tournées avec précaution. Toutefois, j’ai quand même craqué pour un roman (oui un seul) de Françoise Sagan : Le Lit défait.

De retour sur Paris en voiture, j’ai pu écouter l’émission L’humeur Vagabonde présentée par Kathlyn Evin (sur France Inter – 20h) et qui recevait Véronique Ovaldé à l’occasion de la parution de son dernier roman, Des Vies d’oiseaux. Une émission très intéressante qui m’a donné envie de découvrir ce roman. J’ai aimé aussi écouter les passages lus, me laisser bercer par les mots au milieu des embouteillages du périphérique extérieur.