Dimanche 17 Mars – 10h17 : Défi personnel !

Lectrice StevensAprès deux mois de lecture endiablés, ce mois de mars se traîne et les livres s’accumulent et je retombe dans mes vieux travers de commencer plusieurs livres successivement et finalement de mettre un temps fou à en finir un. Je suis parvenue à honorer une LC sur Cranford de Gaskell, mais pour cela j’ai dû abandonner Sublimes créatures et faire patienter Des Milliards de tapis de cheveux, que je n’ai pu commencer réellement qu’hier matin alors que je devais le finir pour la réunion du Club des Lectrice aujourd’hui.

Lundi, les enfants reprennent le chemin de l’école et je vais, quant à moi, reprendre le cour de mes journées en solitaire. Je vais donc pouvoir me remettre à lire plus longuement. Dans le cadre d’une Table Ronde organisée par les Editions Belfond lors du Salon du Livre de Paris, vendredi 22, j’ai reçu quatre romans d’auteurs avec lesquels j’aurais l’occasion d’échanger sur le thème des rapports entre auteurs et blogueurs. Même si la Table Ronde ne porte pas à proprement parler sur ces romans, j’ai cependant envie de mieux connaître ces auteurs.

livres Belfond mars 2013Mise au poing de François Prunier – Le Cahier des mots perdus de Béatrice Wilmos – Le Vase où meurt la verveine de Frédérique Martin – L’Ile des beaux lendemains de Caroline Vermalle.

Je ne me fais pas d’illusions, je vais avoir beaucoup de mal à lire ces quatre romans en quatre jours. Certaines blogueuses que je connais en seraient bien capables, mais pour moi cela relèverait du tour de force. A moins de passer les quatre prochains jours à ne faire que lire, je ne vois pas trop comment je pourrais faire. En même temps, ce « challenge » me grise un peu… J’ai donc bien envie d’essayer et de raconter ici l’avancée de ces lectures. Pour cela je vais encore repousser la lecture des deux romans entamés. Je les reprendrai le week-end prochain.

Pendant les quatre jours à venir, je serai donc comme la jeune fille du tableau de Stevens, absorbée par me lecture.

Samedi 12 Janvier 2013 – 12h40 – Répertoire…

répertoire LALNe jamais dire, fontaine je ne boirais pas de ton eau ! J’ai souvent dit que je n’avais pas de LAL et vous aurez beau chercher sur mon blog vous n’en trouverez pas. J’avais déjà tenté l’aventure au commencement du blog, mais j’avais la fâcheuse manie de tout acheter. J’avais abandonné mon petit carnet d’alors, me contentant de ma mémoire défaillante et passablement percée.

Et puis, voilà que j’ai déterré un vieux répertoire – mais Clairefontaine quand même – qui était quasiment vide et prêt à accueillir titres et noms d’auteur. La raison est simple et purement intéressée. Peu avant Noël, au moment des listes, mon homme m’a demandé ce que je voulais, et comme toute lectrice insatiable, je voulais des LIVRES, mais oh horreur, sur la demande express – c’est-à-dire le dernier week-end avant Noël – je me suis trouvé bien dépourvue ! L’esprit vide, la mémoire totalement effacée, j’ai lamentablement sorti 3 titres. Si les titres me reviennent en voyant les livres en librairie, je suis souvent bien incapable de les retrouver sans le visuel ! J’ai une mémoire photographique mais souvent les noms et les titres m’échappent, sauf bien évidemment les noms connus ! Or mon anniversaire pointant inexorablement son nez, je me suis dit qu’il serait peut-être temps de me faire une petite lalounette gentillette pour aider les âmes généreuses. Car mon drame voyez-vous, est qu’ayant une PAL gargantuesque, PERSONNE NE M’OFFRE de livres dans ma famille ! Avouez que c’est désolant !

L’autre raison, plus altruiste celle-ci, est qu’il est important pour moi de rendre à César ce qui appartient à César. Grâce aux blogs, comme je l’ai souvent dit aussi, j’ai découvert beaucoup de titres et d’auteurs et j’aime me souvenir qui m’a donné envie de lire tel livre ou de découvrir tel auteur. Dans mes billets de blogs, j’essaie toujours – du moins quand je m’en souviens – de faire un petit clin d’œil à la tentatrice qui m’a mis, indirectement, tel livre entre les mains ! Je le ferai aussi si je repère un livre en librairie mais que, pour une raison abstraite, je décidais de ne pas l’acheter sur le vif !

répertoire LAL intra murosVoilà un petit aperçu et surtout une des pages la plus remplie. Parmi les titres notés, j’ai depuis leur inscription lu Malo de Lange, fils de voleur et ai acheté sans l’avoir encore lu Garden of Love. 

Toutefois, je continuerai à aller en librairie sans ce carnet, pour m’éviter de vider mon compte en banque en une virée, mais aussi pour me laisser le plaisir de fureter sur les tables !

Mercredi 9 Janvier 2013 – 15h27

cahier d'écriture photoCe journal commence une nouvelle année. La deuxième et pourtant il n’arrive toujours pas à trouver réellement son format. Journal de réflexions sur les livres et les blogs, sur ma façon de lire et de bloguer, sans doute, mais avec trop de jours sans écrire. A chaque nouvelle année qui commence, nous faisons des projets, nous prenons des résolutions que nous ne tenons pas, alors je vais juste me promettre de ne pas me forcer, de venir là quand cela me chante, quand l’envie de dépaysement me prend, un peu comme on décide de prendre son sac et d’aller passer quelques jours à la campagne. Voilà, c’est cela ! Ce journal c’est ma maison de campagne !

Cette année 2013 qui débute à peine me réjouit. Je ne sais pas réellement pourquoi, mais je me sens pleine d’énergie, j’ai mille projets de lecture en tête et je me sens prête à tout avaler ! J’ai aussi de plus en plus envie d’écriture et je me dis que ce journal pourrait bien répondre à cette envie. Mais concentrons-nous sur mes projets de lectures dans un premier temps.

cahier de challengesMalgré le blog, j’ai toujours besoin de remplir des carnets, besoin de leur contact et du contact des stylos sur le papier. J’aime les cahiers noircis par une écriture serrée. Aussi il y a quelques jours, j’ai répertorié dans un cahier tous les challenges qu’il me reste à honorer pour 2013. Une bonne dizaine, pour tout dire, mais aussi neuf challenges déjà honorés. J’en ai profité pour noter les titres des romans que je compte lire pour combler les manques. Une liste suggestive qui évoluera au fil de mes envies, mais qui me servira aussi en cas d’hésitations. Il n’y a que pour le Challenge Petit Bac 2013 d’Enna pour lequel je vais essayer de me tenir à ma liste, bien qu’il me manque encore certains romans d’Agatha Christie pour deux catégories.

J’ai aussi envie cette année de me faire plaisir et notamment de me remettre à lire les auteurs que j’aime : Joyce Carol Oates, Wilkie Collins, les soeurs Brontë et Sand bien sûr, mais j’ai aussi l’intention de me relire la série des Harry Potter et sortir nombre de romans qui prennent la poussière sur mes étagères (c’est une façon de parler car mes livres sont régulièrement époussetés, je vous rassure!). Je me laisse trop facilement distraire par les sirènes de la nouveauté négligeant mes propres livres. Je dois avouer que 2012, malgré un nombre important de lectures, m’a un peu déçue. J’ai l’impression d’être passée un peu à côté de mes lectures et même si j’ai eu quelques coups de cœur, j’ai la sensation d’avoir eu entre les mains plus de romans bof-bof que de romans passionnants et qui répondaient à mes attentes. Pour 2013, j’ai envie de chambouler un peu tout cela. J’ai envie de lectures plus riches, qui poussent à réfléchir, qui ne se dévoilent pas entièrement à la première lecture.

Concernant le blog de lecture, j’avais déjà abandonné les rendez-vous hebdomadaires, et je voudrais le recentrer davantage encore, essayer d’enrichir mes billets de lecture et peut-être faire des billets plus généraux sur la littérature. Depuis quelques temps je ressens à nouveau le besoin de lire des essais littéraires. J’en ai été un peu dégoûtée pour en avoir ingurgités pas mal pendant mes études, mais je constate que l’oubli fait son chemin et que j’ai besoin de textes plus théoriques pour relancer mes réflexions. J’ai  quelques titres en tête en ce moment comme L’écriture-femme de Béatrice Didier ou La Notion de littérature de Tzvetan Todorov. J’aimerais aussi rendre compte d’ouvrages critiques sur l’œuvre de George Sand.

Bref, un retour aux sources et notamment aux classiques bien trop négligés sur le blog l’an dernier.

Source de la première image.

Lundi 17 Décembre 2012 – 15h14

sapin de noël 20122012 touche bientôt à sa fin. Ce week-end, j’ai décoré le sapin avec les enfants, de beaux tons bleus et blancs, chaleur et douceur sont entrées dans la maison. Je commence à faire dans ma tête le bilan de mes lectures, le bilan de mes challenges, je jette un coup d’œil un brin angoissé vers ma PAL, je reconsidère les évènements agréables ou désagréables de cette année supplémentaire à bloguer. Je relativise les déceptions, je me réjouis des nouvelles connaissances, des amitiés plus fortes, des belles lectures, je m’agace toujours des jugements trop hâtifs et des méchancetés gratuites, je prends parti, je défends, je concède, je me braque, je suis déçue, mais je suis fière aussi, heureuse, contente, enthousiaste toujours, addict encore, avide éternellement de lectures et de découvertes. Je lis les derniers livres de l’année, je fais des comptes qui me surprennent, je crée de nouveaux logos, pour changer, pour uniformiser, pour créer une atmosphère plus douce, et pour d’autres raisons encore. Je fais des plans sur la comète.

Dimanche 9 Décembre 2012

Décembre est déjà bien engagé, et voilà bien longtemps que je ne suis venu écrire ici. Je ne suis pas tellement plus avancée que lors du dernier billet écrit. C’est toujours l’accumulation chez moi, mais je crois que j’ai abdiqué et que je laisse venir. Encore plus ce soir, que je suis devant le grand dilemme du prochain livre à lire. Depuis mon dernier billet, je me suis fait plaisir en lisant un court roman de George Sand et le premier roman de Stendhal. De quoi calmer un peu mon besoin de classique.

Le salon du Livre et de la presse jeunesse de Montreuil a ravivé ma curiosité, il y a tant à découvrir encore dans cette littérature.

J’ai cependant la triste impression de ne rien lire en ce moment alors que mon bilan de novembre (que je n’ai toujours pas trouvé le temps de faire) affiche plus de 3000 pages et 12 livres, ce qui est au-dessus de ma moyenne. J’ai la sensation d’être un mangeur jamais rassasié, c’est à la fois excitant car je regarde avec envie tous les livres qui m’attendent, mais c’est aussi un peu déstabilisant. Sans doute, cette étrange sensation, vient-elle du fait que je ne vois pas baisser ma PAL des lectures urgentes. Ayant depuis deux semaines, un peu moins de temps pour lire, cette sensation est bien sûr accrue puisque mes lectures s’éternisent. Vient s’ajouter à cela un retard dans la rédaction de mes billets sur le blog de lecture. Certes ce n’est pas une crise existentielle, mais ayant l’habitude de rédiger mes billets dans la continuité de mes lectures, ce retard m’ennuie pour le manque de spontanéité qu’il va entraîner. J’aime écrire sur les livres à peine ceux-ci refermés, rester dans leur ambiance, dans la proximité avec les personnages et le style de l’auteur, je me sens alors beaucoup plus inspirée, même si j’essaie toujours de prendre des notes dans mon carnet de lecture.

Bref, comme dirait l’autre, j’ai encore du boulot sur la planche, et pour m’y attaquer tout de suite, je vais gentiment aller attaquer ma prochaine lecture.

Vendredi 16 Novembre 2012 – 16h44

J’ai découvert ce magnifique tableau sur le blog de L’Ogresse de Paris et j’avais envie que cette femme emportée par sa lecture vienne illustrer ce billet.

Voilà plusieurs semaines que ce journal reste silencieux et il est grand temps de lui redonner un peu vie. C’est toujours avec un doux plaisir que je reviens à lui, comme un cahier sagement rangé qui attend que je l’ouvre. Il est discret et pourtant toujours disponible, en attente de mon bon vouloir et j’ai pour lui une réelle affection.

Sans rentrer dans des détails d’ordre trop personnels, je suis dans une période de remise en question sur plusieurs aspects de ma vie et de ma petite personne et bien évidemment cela concerne aussi mes lectures. Rien de dramatique (je rassure celles qui pourraient s’inquiéter, j’en connais quelques unes), mais depuis presque un an, et plus précisément depuis un certain cap franchi en janvier dernier, je sens que je suis dans une phase de réflexion. Pour l’instant cela ne touchait pas trop mes lectures, mais des aspects plus personnels. Or depuis quelques semaines, de nouvelles envies sont nées et me poussent à reconsidérer ma façon de lire. J’en avais peut-être déjà un peu parlé ici (je ne me souviens pas toujours de ce que je peux raconter ici ou là), et en cette fin d’après-midi j’ai eu envie de faire un peu le point.

L’envie de lire et de bloguer est toujours très présente, mais c’est davantage la manière de faire que j’essaie de modifier. Sans doute l’effet Rentrée Littéraire a fait que j’ai été, et plus encore que les années précédentes, portée à lire des romans fraîchement sortis en librairie négligeant ceux de ma PAL, et du coup ai-je de plus en plus l’impression de m’éloigner de MES lectures. J’ai surtout l’impression de ne plus choisir mes lectures. Enfin, ce n’est pas exactement cela, car les livres de la rentrée ou les SP que je reçois par le biais de partenariat sont choisis, mais ils demandent une lecture urgente qui ne coïncide pas toujours avec le bon moment. Pourtant des livres de la Rentrée ou reçus par le biais d’un partenariat m’ont vraiment plu, comme Home ou Blood Hollow, et je ne regrette vraiment pas de les avoir lus, mais je constate que mes propres livres passent en second. Je l’avais déjà remarqué et c’est pour cela qu’avec L’Or nous avons mis en place notre Objectif PAL Noire, mais je pense vraiment qu’il faut que je revienne à des envies de lecture plus impulsives.

Il ne s’agit pas pour moi de critiquer les SP ou les lectures communes (que ce soit entre blogs ou dans les Clubs de lecture) que j’apprécie les premiers parce que je pense qu’il est important de connaître ce qui s’écrit aujourd’hui et les secondes car j’aime le plaisir de partager une même lecture avec d’autres, mais j’ai juste envie d’une place à moi. Un peu comme dans un couple : on peut faire des activités avec l’autre, les apprécier, en avoir besoin, mais on a aussi envie parfois d’être seule et de faire des choses toute seule.

Ensuite je trouve que cela touche aussi le blog et qu’il perd de son identité (si identité il eut un jour!) ou du moins que le fameux adage : « dis-moi ce que tu lis et je te dirai qui tu es » finit par n’être plus tout à fait juste le et me concernant. J’ai toujours lu beaucoup de classiques, j’en ai encore plein à lire, mais je me rends compte que je n’en lis plus. Je n’ai pas lu Balzac depuis des mois, ni Sand depuis pfffff, sans parler de Stendhal et des autres. La faute n’en revient qu’à moi-même.

Concrètement je ne sais pas encore comment réellement remédier à cela. Je ne veux surtout rien programmer et en même temps ne renoncer à rien, ni aux challenges, ni aux LC qui m’apportent beaucoup. Il va juste falloir que je trouve un équilibre qui me satisfasse davantage. Car mon problème vient de ma curiosité qui me donne envie de tout lire et de tout découvrir, mais comme je ne lis pas 30 livres par mois (hélas cent fois hélas!!!), il faut bien que je trouve une façon de tout concilier. Les choses se mettront sans doute en place petit à petit. Il est indéniable que tenir un blog de lecture modifie un peu nos comportements de lecture : grâce à ma fréquentation des blogs j’ai découvert énormément de nouveaux auteurs et genres, je lis deux fois plus qu’avant, et puis j’ai été emportée par cet enthousiasme communicatif autour des livres et de la lecture. Non vraiment, je ne veux pas qu’on croit que je critique quoique ce soit car ce n’est pas le cas, c’est simplement une constatation que je fais après plus de 3 ans de blog et une envie de revenir à un moi-lectrice plus ancien, mais finalement cette envie rejoint mes réflexions plus personnelles sur ma petite personne. Parfois j’ai l’impression que c’est comme avec mes enfants, après 3 ans de congé parental où l’on s’adonne à ses enfants corps et âme, une fois qu’ils entrent à l’école, qu’ils commencent à rouler, on se dit : Bon et maintenant, je fais quoi, moi ? On est toujours dans l’euphorie de leur petite enfance, on s’enthousiasme de leurs progrès, on sourit benoitement à leurs propres sourires, mais il faut bien que nous reprenions aussi notre propre place.

Demain est un autre jour…

Jeudi 25 Octobre 2012 – 15h30

Où en sont mes lectures ?

J’ai commencé hier après-midi Le Monde infernal de Branwell Brontë de la grand Daphné du Maurier. Une étude, selon le terme employé par l’auteure, qui relate la vie terrible du frère des célèbres soeurs Brontë. Je n’en suis pour l’instant qu’au commencement, j’ai un peu mal à y entrer totalement.

Cette après-midi, j’ai lu, alors que rien ne semblait le présager, un très court roman épistolaire : Inconnu à cette adresse de Katherine Kressman Taylor, sur une amitié entre Max, de religion juive et Martin, de nationalité allemande, en 1932. Ce court roman lu en moins d’une heure m’a alors donné une idée.

Samedi, je m’absente pour une semaine de vacances familiales en Bretagne, or très souvent dans ce contexte de promenades, d’excursions, de vie en plein air, le temps de lecture devient quasi inexistant. Ne perdant pas de vue le challenge STAR, et mon objectif de dépasser mon score du précédent, j’ai décidé de changer mon fusil d’épaule. Je vais donc faire une entorse à ma PAL d’octobre et emmener dans mes bagages, de tout petits livres qui peuvent se lire en peu de temps. Voici ma sélection :

De gauche à droite :

Le réveillon d’un jeune tsar de Léon Tolstoï (qui comprend en fait 4 contes) : 83 pages.

Le Cabochon d’émeraude de Maurice Leblanc (qui comprend également une autre nouvelle) : 93 pages

Le Réfectoire un soir et une piscine sous la pluie de Yoko Ogawa (qui comprend également une autre nouvelle) : 106 pages

Les Lettres d’Edith Wharton : 92 pages

L’oeil du loup de Daniel Pennac : 93 pages (qui sera certainement lu aux enfants le soir)

Ce qui ne fait pas moins de 467 pages. Je ne dis pas que je les lirai tous, mais devant utiliser le peu de temps que j’aurai de disponible, je me suis dit que lire une nouvelle chaque soir serait possible. Le récit de Pennac devrait intéresser les 3 loustics dont j’aurais  la charge, et peut être un moment de lecture agréable en fin de journée.

Ces courts récits me demanderont moins de concentration que la lecture d’un seul roman dans lequel il faut sans cesse reprendre ses marques pour avancer. J’abandonne donc,l’espace d’une semaine, ma lecture du roman de Daphné du Maurier pour mieux y revenir en deuxième semaine.