Samedi 14 avril 2012 : S.T.A.R 4 (J9)

10h39

Commence aujourd’hui la deuxième semaine du S.T.A.R, j’espère lire un peu plus que la semaine dernière, étant en vacances et déchargée de tout travail alimentaire, je compte sur mes matinées et quelques moments dans la journée pour avancer. Mais avant tout, un petit retour sur la journée d’hier.

Vendredi 13

Après quelques occupations ménagères sans intérêt, j’ai repris mon livre en début d’après-midi pour une petite heure de lecture interrompue par un léger somme qui m’a fait louper Gérard Collard au « Journal de la santé », et par un coup de fil de ma sœur. Comme vous commencez à me connaître, vous savez déjà, avant même que je vous le dise, que ma lecture du soir fut désastreuse et donc je suis quand même contente d’avoir pu lire un peu durant l’après-midi.

Samedi 14

C’est le week-end, et qui dit week-end dit réveil tardif et petite grasse mat’ qui m’a permis de lire mes 50 pages du matin. Le roman de Clarke me plaît beaucoup, quelque peu loufoque, mais une réflexion intéressante sur les livres et le poids des histoires que l’on nous raconte enfant, puis que nous lisons une fois adulte commence à émerger, ce qui rend ma lecture très agréable car j’avais un peu peur d’une lecture divertissante mais un peu creuse, ce qui ne semble finalement pas être le cas.

J’espère trouver le temps de rouvrir mon livre dans la journée, ne devant plus compter sur ma lecture du soir qui, à chaque fois, se montre très décevante.

S.T.A.R 4

Vendredi 13 avril 2012 : S.T.A.R 4 (j7 et 8)

7h21

Hier je n’ai pas eu le temps d’ouvrir ce journal, je vais donc combler cette petite lacune ce matin.

Jeudi 12 avril

Hier fut une journée chargée, une de ces journées après laquelle vous l’avez l’impression de courir et qui vous semble un peu longue et fastidieuse. Il faut dire qu’elle avait mal commencé puisque la lecture du matin fut plus que passade : 10 pages à peine. Impossible de me concentrer : copies à finir de corriger ; retour des copies et annonce que je ne pouvais pas en prendre de nouvelles malgré l’insistance culpabilisante de ma patronne ; préparation des oraux de l’après-midi.

Je n’ai donc pu rouvrir mon livre que vers 18h30, m’octroyant, avant la préparation du repas, une petite heure de lecture me permettant, enfin, de mettre fin à ma lecture du roman de Harlan Coben. Je pense que ce roman ne me laissera guère de souvenirs, ayant attendu, presque pendant toute ma lecture, que les évènements prennent un peu d’ampleur et aussi parce que, dès la moitié du roman, j’avais à peu compris les dessous de l’intrigue.

La fin d’un roman pose toujours le dilemme suivant : que vais-je lire maintenant ? Après quelques petites hésitations, et parce que j’avais envie d’une lecture un peu drôle et légère j’ai extirpé de mon armoire : Guide de l’incendiaire des maisons d’écrivains en Nouvelle Angleterre de Brock Clarke.

Le soir venu, et comme presque tous les soirs, la fatigue eut raison de moi à peine 5 pages tournées. Mais finalement, malgré tout j’étais parvenue à lire 72 pages, ce qui n’est finalement pas si mal que cela étant donné la journée chargée que je venais de passer.

Vendredi 13 avril

Les matins se suivent et ne se ressemblent pas. Aujourd’hui marque l’arrivée du premier bilan hebdomadaire que je ferai sur le blog de lecture.

M’étant écroulée la veille à une heure raisonnable, je me suis réveillée fraîche et bien disposée. Ce nouveau roman est tel que je l’imaginais : vif, allègre et drôle, si bien que j’ai lu sans problème les cinquante premières pages, déjà emportée par l’histoire du personnage principal. Certains romans se lisent tout seul.

S.T.A.R 4