Vendredi 13 avril 2012 : S.T.A.R 4 (j7 et 8)

7h21

Hier je n’ai pas eu le temps d’ouvrir ce journal, je vais donc combler cette petite lacune ce matin.

Jeudi 12 avril

Hier fut une journée chargée, une de ces journées après laquelle vous l’avez l’impression de courir et qui vous semble un peu longue et fastidieuse. Il faut dire qu’elle avait mal commencé puisque la lecture du matin fut plus que passade : 10 pages à peine. Impossible de me concentrer : copies à finir de corriger ; retour des copies et annonce que je ne pouvais pas en prendre de nouvelles malgré l’insistance culpabilisante de ma patronne ; préparation des oraux de l’après-midi.

Je n’ai donc pu rouvrir mon livre que vers 18h30, m’octroyant, avant la préparation du repas, une petite heure de lecture me permettant, enfin, de mettre fin à ma lecture du roman de Harlan Coben. Je pense que ce roman ne me laissera guère de souvenirs, ayant attendu, presque pendant toute ma lecture, que les évènements prennent un peu d’ampleur et aussi parce que, dès la moitié du roman, j’avais à peu compris les dessous de l’intrigue.

La fin d’un roman pose toujours le dilemme suivant : que vais-je lire maintenant ? Après quelques petites hésitations, et parce que j’avais envie d’une lecture un peu drôle et légère j’ai extirpé de mon armoire : Guide de l’incendiaire des maisons d’écrivains en Nouvelle Angleterre de Brock Clarke.

Le soir venu, et comme presque tous les soirs, la fatigue eut raison de moi à peine 5 pages tournées. Mais finalement, malgré tout j’étais parvenue à lire 72 pages, ce qui n’est finalement pas si mal que cela étant donné la journée chargée que je venais de passer.

Vendredi 13 avril

Les matins se suivent et ne se ressemblent pas. Aujourd’hui marque l’arrivée du premier bilan hebdomadaire que je ferai sur le blog de lecture.

M’étant écroulée la veille à une heure raisonnable, je me suis réveillée fraîche et bien disposée. Ce nouveau roman est tel que je l’imaginais : vif, allègre et drôle, si bien que j’ai lu sans problème les cinquante premières pages, déjà emportée par l’histoire du personnage principal. Certains romans se lisent tout seul.

S.T.A.R 4

Mercredi 11 avril 2012 : S.T.A.R 4 (J6)

7h57

Mardi 10 avril

Comme je le craignais ma journée d’hier fut assez pitoyable ! Je n’ai pu réouvrir mon roman que le soir tombé. Et même si j’avais décidé de me coucher de bonne heure pour lire, la fatigue a eu raison de moi après seulement 8 pages tournées… une goutte d’eau dans l’océan !

Mercredi 11 avril

L’avantage de se coucher tôt et de piquer du nez rapidement sur son roman en cours, est que l’on dort et qu’on se réveille le matin en pleine forme. J’ai donc commencé à lire vers 6h15, toujours selon le même cérémonial. Une bonne heure de lecture, et la fin du livre qui se profile. Si je parviens à finir la correction de mes copies ce matin, je pourrais poursuivre ma lecture pendant l’heure de basket de mes enfants. Je crois que je suis un peu l’ovni parmi les parents. Je me suis rendue compte que chaque mercredi après-midi je lisais un livre différent, tandis qu’une autre maman lit Gavalda depuis décembre ! Ce qui me désespère pour elle ! Ce qui est drôle aussi est de constater qu’au début de l’année personne ne lisait sur le banc des parents à part moi, et puis petit à petit ça vient… Nous sommes donc trois, mais je dois reconnaître que je suis la plus assidue, car maman-Gavalda n’a pas encore dépassé la page 100 en 4 mois, et la maman-romanrégional, se pose, sort son livre, lit une page, le remet dans son sac, et sort pour ne revenir qu’à la fin du cours !

Ce matin, j’en suis là :

Il me reste une centaine de pages !

18h48

Comme je l’avais prévu, je n’ai pu rouvrir mon livre que pendant le cours de basket de mes enfants en fin d’après-midi. Au milieu des rebonds, des paniers et des cris, j’ai pu m’abstraire de l’ambiance surchauffée du gymnase pour lire à peine trente pages en une heure, mais vous ne pouvez pas vous imaginer la concentration qu’il faut requérir pour parvenir à lire dans ces circonstances !

Il me reste environ soixante-dix pages, je ne pense pas finir ce soir mais certainement demain matin. J’ai juste l’impression d’attendre encore que l’histoire commence. Plein de disparitions, de réapparitions, des personnages entre-aperçus puis oubliés, je ne vois pas trop où ce cher Harlan veut en venir. Pourtant ce n’est pas une lecture désagréable et ce roman se lit sans qu’on s’en rende vraiment compte.

Mardi 10 avril 2012 : S.T.A.R 4 (J5)

7h17

Lundi 9 avril (suite)

La journée se déroulant tranquillement, j’ai pu trouver une heure pour continuer ma lecture de Sous haute tension et y prendre un peu plus goût. Les évènements commencent à se précipiter et me voici davantage prise par l’intrigue même si le style reste toujours un peu moyen quoiqu’assez efficace. Le marque-page voyage doucement mais surement parmi le flot des pages, j’espère parvenir à finir ce thriller demain.

Après la finale Top Chef (oui je suis fan de cette émission, et cette année j’ai trouvé les candidats très sympas… Mais c’est une autre histoire), je me couche à l’heure du crime mais je trouve encore un peu d’énergie pour tourner quelques pages.

A la fin de ma journée voici où j’en suis.

Mardi 10 avril

Je ne sais pas si c’est l’effervescence du S.T.A.R qui commence à faire son effet, mais je me réveille assez fraîche après seulement six heures de sommeil. Munie de mon petit-déjeuner, je retourne me coucher et me voilà partie pour trois quart d’heure de lecture. Chemin faisant, je dépasse la moitié du roman sans même piquer du nez. Ma journée s’annonce assez chargée, je ne suis pas sûre de trouver une heure pour lire avant ce soir.A 7h, quand j’émerge de ma couette, mon marque-page a encore un peu progressé.

S.T.A.R 4

Lundi 9 Avril 2012 : S.T.A.R (j4)

9h32

Hier, chasse aux œufs oblige, je n’ai pas eu le temps de rédiger mon compte-rendu, je vais donc rattraper mon retard aujourd’hui.

Dimanche 8 Avril :

N’étant pas parvenue à terminer ma lecture du roman de Wharton samedi soir après une journée intensive de shopping dans Paris qui m’a laissée sur le carreau, j’ai profité d’un dimanche matin calme pour tourner les quelques trentaines de pages qui me restaient. Une petite grasse matinée agréable et une fin de roman riche en évènements ont fait que les pages se sont tournées sans effort et avec plaisir. Premier roman donc lu dans le cadre du S.T.A.R et quasi 200 pages de tourner.

Vers 13h, en attendant que le barbecue se décide à prendre, j’ai commencé un nouveau roman : Sous haute tension de Harlan Coben. Un thriller qui, je pense, devrait se lire assez rapidement. J’ai pris le parti d’alterner mes lectures : voici donc un roman facile qui permettra de ménager mes efforts. Je n’ai encore jamais lu cet auteur de best-sellers, je me lance donc dans un univers et un style très différent de Wharton et j’ai un peu peur que la transition soit un peu violente. Le barbecue ayant pris plus rapidement que prévu, je n’ai pas eu le temps de tourner plus de 25 pages.

La journée ayant été très animée et passablement occupée, la lecture n’a pas été très présente durant le reste de l’après-midi. Une fois couchée, Morphée (IL) m’a saisie par surprise, et c’est les lunettes sur le bout du nez, et le livre échoué sur ma couette que j’ai, au bout d’une demi heure, pris conscience qu’il était temps pour moi de jeter l’éponge pour cette troisième journée du S.T.A.R.

Lundi 9 avril

Me réveiller la première est toujours un bonheur pour moi, car j’aime savoir mes hommes présents mais encore dans leurs rêves, tandis que je me prépare un petit-déjeuner, fais sortir les chats dans le jardin et me prévois une heure ou plus de lecture. Ce fut donc le cas ce matin, et avant que la maison ne s’anime j’ai pu lire plusieurs dizaines de pages. Pour l’instant ce nouveau roman me laisse un peu… Comment dire… Dubitative… mais il a le mérite de se lire assez vite sans être, encore, particulièrement prenant.

Et voici le retour du voyage du marque-page… Je vais donc chaque jour, sans vous préciser le nombre de pages tournées, vous montrer l’avancée de ma lecture. Sur la photo ci-dessous, vous verrez donc ce que j’ai lu ce matin entre les deux marque-pages :

Pour l’heure il me faut retourner à mes copies, mais j’ai bien l’intention de m’octroyer encore quelques moments de lecture dans la journée.

S.T.A.R 4