Mercredi 20 Octobre 2010

13h59

Un premier billet bien tardif aujourd’hui ! Pour tout dire je n’étais pas sûre de faire un billet aujourd’hui ici… je ne veux pas tomber dans le billet à tout prix, quand on a rien à dire autant se taire… Et puis, finalement…

La Vie de Marianne se poursuit allégrement… par contre je crois que je vais abandonner Oscar à sa vie brève et merveilleuse, je ne parviens à me résoudre à continuer ce roman coûte que coûte, tant pis, je n’irai pas plus loin… je  ne trouve aucun intérêt à ce livre, et tant d’autres m’attendent, que je n’ai pas envie de me forcer… Bien sûr c’est un peu culpabilisant quand on a reçu un roman grâce à un partenariat, de ne pas le lire en entier, mais les plus de 200 pages qu’il me faudrait encore tourner me découragent d’avance… Je ferai donc un billet sur mon blog pour m’en expliquer plus longuement et de façon plus argumentée.

Sinon un nouveau projet occupe mon esprit en ce moment, et me fait un peu oublier mes occupations bloguesques…

21h02

Après-midi studieuse aujourd’hui… deux cours particuliers de français : l’un sur Candide, l’autre sur deux sonnets de Ronsard… pas toujours facile de jongler d’un texte à l’autre… c’est la difficulté des cours particuliers, aucune préparation, il faut se contenter de ce que l’on sait … Dans l’un et l’autre cas, il y a de quoi faire… les pauvres sont totalement perdues… difficile de faire comprendre un texte philosophique du XVIIIème ou une sonnet du XVIème à des jeunes filles qui ne lisent que très rarement et sans grand enthousiasme… il faut tenter de faire passer sa passion, leur montrer que ces textes restent modernes et parlent de choses qu’elles peuvent connaître… elles ont du mal à faire le lien… Ces cours me permettent de relire quelques classiques, de redécouvrir des auteurs, comme Ronsard qu’un prof de fac m’avait fait détester… et je découvre une fois de plus l’influence que peut avoir un prof sur l’appréhension de la lecture : soit il donne envie, soit il rebute… combien y-t-il de personnes qui n’ont plus jamais ouvert un roman d’un auteur dit « classique » parce qu’elles en ont été dégoûtées par un prof qui n’a pas su leur en parler. C’est un autre type de challenge, que celui de faire réussir ces deux donzelles, de leur faire atteindre plus de la moyenne au bac français !

Depuis que j’ai pris la décision d’abandonner lâchement Junot Diaz et son Oscar, je me sens plus légère !!!!

Publicités