Dimanche 24 Avril 2011 : Pourquoi j’achète des livres ?

15h02

Ce matin j’ai fait un peu rangement et du catalogage… bref, j’ai tenté de remettre ma PAL à jour ! Et la voici à 413 romans, dont 66 lus, soit 347.

Suite à plusieurs commentaires sur la page FB du blog, je m’interroge sur ces achats frénétiques de livres, qui, par leur répétition témoignent, sans aucun doute, d’une certaine névrose.

Sans revenir à mon enfance (Freud me pardonnera), je sais que j’ai toujours acheté des livres, mais il faut reconnaître que depuis que je tiens un blog de lecture, cela dépasse parfois (bon ok souvent) la raison. La cause première est sans doute que la fréquentation des blogs de lecture provoque en moi une envie de tout lire, et que chaque nouveau roman découvert est une nouvelle promesse de lecture heureuse. Je pourrais, comme le font beaucoup, aller en bibliothèque. Mais, et cela est aussi symptomatique de ma névrose, je suis incapable de rendre un livre à temps, et cela date de ma plus tendre enfance. Non, il me faut posséder le livre, et notamment l’acheter pour pouvoir l’avoir sous la main, pour l’empiler, le contempler, le feuilleter à ma guise. Je suis assez sédentaire, je crois, j’ai besoin d’avoir mon nid, mon endroit à moi dans lequel je me sente bien, et la présence des livres est une nécessité à mon bonheur. Je crois que dans l’absolu je serais capable de vivre recluse dans une chambre remplie de livres.

Quand j’étais étudiante, j’achetais déjà énormément de livres, mes plus beaux cadeaux furent sans doute les Pléiades de Mme de Sévigné, de Balzac ou de Stendhal que ma famille m’a offerts. J’adorais recevoir les listes des profs et courir en librairie pour tous les acheter d’un coup. Un livre lu contient non seulement son histoire propre mais la mienne aussi au moment de sa lecture, c’est pourquoi je n’hésite pas à écrire à l’intérieur pour y laisser la marque de mon passage. Le fait de noter la date de mon achat et la date de ma lecture, est aussi une façon de marquer une période de ma vie, pour plus tard.

Mon grand problème (j’en avais déjà parlé ici) est que je ne lis pas aussi vite que je le voudrais et par conséquent, les livres non lus s’accumulent. Pourquoi ce besoin étrange alors d’en acheter de nouveaux ? le besoin de posséder, donc, mais aussi, sans doute, parce que cela me rassure, me console, me fait du bien. Je dépense assez peu d’argent en vêtements, aucun pour les bijoux et autres attraits dits féminins, mes principales dépenses passent dans les livres, c’est mon luxe. Mon fantasme serait de m’isoler un mois entier, et passer mes jours à lire. Quand j’achète un livre je suis toujours persuadée que je le lirai rapidement, je l’achète parce qu’il me devient nécessaire, et je suis capable de faire plusieurs librairies pour trouver le livre désiré ! Même si j’accumule, chaque livre est respecté, j’en prends soin, je les préserve des intempéries diverses, comme des objets précieux. Je crois que ce que j’aime surtout, ce n’est pas tant le plaisir de les acheter, mais bien le bonheur de me dire : « ils sont à moi ». Ils deviennent une part de moi-même, incomplète avant d’être lus. Une fois lus, ils iront rejoindre les autres, soit ils seront vendus.

Enfin, je crois qu’inconsciemment je recherche LE livre parfait, comme les surfeurs attendent LA vague. Je me dis que parmi tous ces livres accumulés chez moi, j’ai peut-être cette perle rare… ou peut-être pas, alors je continue d’acheter. Je rêve aussi peut-être de transformer ma maison en librairie, parce qu’après tout ce sont les libraires qui ont la plus grosse PAL !



33 réflexions au sujet de « Dimanche 24 Avril 2011 : Pourquoi j’achète des livres ? »

  1. Je me reconnais bien dans tout cela! J’achète plus que je ne lis et, pourtant, j’essaie de n’acheter que ce que je veux absolument lire « maintenant » (les autres, je les garde pour mon stock de livres empruntés à la bibliothèque, comme ça, j’économise).
    Je suis assez matérialiste, en fait!

  2. Bonjour!

    Je me retrouve beaucoup dans ce que tu as écris. J’aime aussi avoir mes livres sous la main. On me demande souvent pourquoi je ne m’inscris pas dans une bibliothèque et je réponds que je n’aime pas emprunter que je préfère avoir mes livres sous la main.
    Et depuis que je tiens mon blog, mes achats ont aussi augmenté, j’ai du me mettre à acheter des livres d’occas!

    Et tout comme toi, mes plus gros achats sont mes livres! entre acheter un livre et a manger, le choix est vite fait! 🙂

    Je pense que beaucoup de lecteurs compulsifs sont dans le même cas! 🙂

    Si un jour tu arrives à t’isoler pendant un mois pour lire, tu me diras comment tu est arrivée, j’aimerais bien faire la même chose.

    Bon fin de we!

    Bises

    • L’ouverture d’un blog de lecture révèle des pulsions endormies tu l’auras constaté ! le rêve d’isolement est un pur fantasme utopique, malheureusement !

  3. J’ai exactement le même sentiment quant à la double histoire d’un livre, la sienne et la nôtre au moment de la possession ( possession dans tous les sens du terme, tu ne crois pas, nous le sommes aussi ! 🙂 et/ou de la lecture. J’annote aussi mes livres, les phrases qui m’interpellent, c’est la troisième histoire, celle entre lui et moi. En revanche, je parviens à me modérer, une énorme Pal m’angoisse, j’y vois le temps qui passe et qui manque, même si, comme toi, j’aime avoir des livres qui m’attendent, le plaisir de les toucher, feuilleter, d’anticiper la lecture. Je n’appelle pas ça une névrose mais le syndrome de l’écureuil o)

    • j’aime beaucoup ton syndrome de l’écureuil, très poétique et très vrai ! J’aime ouvrir un livre lu il y a plusieurs années et découvrir mes annotations, parfois je m’en rappelle parfois non, parfois elles me donnent envie de le relire !

  4. Je comprends ton point de vue. Pour ma part, j’ai un rapport aux livres qui m’appartiennent très paradoxal : alors que j’ai beaucoup fréquenté la bibliothèque de quartier lorsque j’étais enfant, je n’arrive pas à y aller aujourd’hui. Depuis que je travaille, j’aime m’acheter des livres. Il n’y a que lorsque mes revenus étaient réduits parce que je bossais à mi-temps que j’allais à la bibliothèque, mais ce n’était pas une contrainte puisque j’avais du temps, je n’étais pas obligée d’y courir après le travail et de lire en quatrième vitesse les bouquins empruntés !
    Depuis que j’ai repris à temps plein, ce qui correspond globalement à la période où je me suis mise au blog de lecture, j’ai mon carnet, je note les titres et les achète au fur et à mesure, sans pour autant avoir plus d’une quarantaine de titres dans ma PAL…
    Et paradoxalement, je n’ai aucun scrupule à me débarrasser en donnant ou en vendant certains titres, soit parce qu’ils m’ont beaucoup plu dans le premier cas et que leur nouveau propriétaire saura en profiter autant que je l’ai fait, soit parce qu’ils ne m’ont pas marqué dans le second cas. Mon idéal serait de n’avoir dans mes étagères que les livres qui m’ont marqué et que j’aimerai un jour relire…
    Bref, je suis matérialiste avant la lecture, mais plus après !

    • C’est quand j’ai commencé à déménager souvent que j’ai commencé aussi à vendre mes livres ! aujourd’hui j’en vends régulièrement grâce à internet. Je suis d’accord avec toi, un livre lu m’a donné ce qu’il avait à me donner, ensuite je peux ou non le vendre, tout dépend de ce qu’il m’aura donné ! mais contrairement à toi je ne peux pas me séparer de livres qui m’ont beaucoup plu. Je garde aussi les classiques dans le rêve utopique de tous les posséder un jour !

  5. Tu décris ici parfaitement le syndrome du lecteur-blogueur !
    J’ai par contre beaucoup de difficultés à me séparer des livres, je ne vends que ceux que je n’ai pas aimés.
    D’accord aussi avec toi pour le rapport avec la médiathèque. Moi, ce qui me dérange le plus, c’est, du fait d’y avoir emprunté un livre, d’être contrainte alors de le lire en suivant ! Moi aussi, j’aime ma PAL pour pouvoir me poser devant et me dire : « Alors, lequel maintenant ?… » par exemple, hier, j’ai tourné pendant 1/4 heure avant d’en choisir un. Il faut dire que je n’ai pas trop la tête à la lecture en ce moment car disposant peu de temps libre.

    PS : tiens, je crois reconnaître la tête de lit dont je rêvais, justement pour y planquer une partie de ma PAL ;:D

    • Concernant la bibliothèque j’ai le même problème, mais aussi dans la mesure où on peut en emprunter beaucoup je me sens euphorique et ensuite, je me rends compte que je n’arriverai jamais à tout lire en 3 semaines… c’est le drame de lire trop lentement !
      Pour la tête de lit c’est IKEA… merci les suédois !

  6. J’aime bien tes réflexions ici. J’aime bien ton histoire de vague. Moi ce que j’aime justement dans LES livres, c’est que plus tu en lis, plus tu deviens exigent, et donc parfois déçue, mais je crois que presque toutes mes lectures ont été des moments de bonheur et de découvertes et quand tu tombes sur un livre qui te parle vraiment, les émotions ressenties sont difficiles à exprimer, mais ce qui est rassurant, c’est qu’on sait qu’un autre livre nous attend, pas loin…. (et plus on en a, mieux c’est). C’est simple, plus je lis, plus j’ai envie de lire.
    Je n’échangerais cela en tout cas pour rien au monde !

    • Je suis entièrement d’accord avec toi… je me rends compte qu’il me devient de plus en plus difficile de dire : voilà un coup de cœur ! j’ai toujours l’impression qu’il manque quelque chose, mais par contre, quand je prononce la phrase alors c’est un tel plaisir ! avec les blogs j’ai aussi découvert d’autres genres, et notamment la littérature jeunesse que je trouve très intéressante, et même certains mangas… ce qui rajoute à la liste !

  7. Moi aussi je préfère posséder mes propres livres plutôt que de les emprunter à quelqu’un ou à la bibliothèque. Mais j’ai du mal à m’en séparer.. peut être que lorsque je déménagerai de chez mes parents je serais obligée mais je préfère pas y penser encore x) Et puis ça ne me gène pas que ma PAL fasse plus de 100 livres.. j’aimerais même avoir une PAL aussi gigantesque que la tienne pour avoir encore plus de choix dans mes prochaines lectures ! J’ai besoin d’avoir du choix à portée de main ! :p
    Joyeuses Pâques en fait 🙂

  8. Je te comprends tout à fait, et je suis attente du même syndrome. J’aime ce moment où on découvre un nouveau livre, on le soupèse, on admire sa couverture, on lit les premiers mots, et on se dit « celui là, je vais vivre quelque chose avec lui ! ».
    Et puis, tous les livres que j’achète, je les lirai un jour. Quand j’aurais le temps. Comme toi aussi, je rêve d’avoir un mois devant moi pour lire, lire, lire… Je me languis des grandes vacances pluvieuses de mon enfance, ces deux longs mois à lire en mangeant des pommes et du chocolat !

  9. « C’est bizarre mais je ne me reconnais pas du tout dans ce que tu dis! » lol , dit celui qui a une PAL qui vient de franchir le palier des 400!
    Bien sûr, je me reconnais dans tout ce que tu dis. Ma frénésie d’achats a été grandissante quand j’ai découvert les blogs littéraires.
    Par contre, j’ai du mal à me séparer des livres, même ceux que je n’ai pas aimé (je sais je suis maso!). Je crois que j’accumule le plus de livres pour avoir l’impression d’habiter dans une librairie.
    Pour les emprunts bibliothèque, j’ai arrêté depuis longtemps car j’empruntais un livre qui me plaisait tant que je l’achetais par la suite. Donc, autant l’acheter directement!
    Et j’achète sans culpabiliser car je me dis qu’un livre de plus ou de moins dans une PAL de 400 ne fera pas la différence.

  10. Je me retrouve assez dans ce que tu décris de ta passion pour les livres… J’aime accumuler et engranger les romans… En avoir des étagères qui débordent, des titres que l’on ressort, que l’on feuillette à nouveau au hasard… Toutes ces pages que j’ai lu, qui m’ont fait rêver et voyager à un moment ou à un autre, ça me rassure, ça me sécurise : je me sens entourée… Comme protégée presque… J’en prête rarement, ou seulement à des personnes que je sais aimer les livres, et je n’en vends jamais aucun!… Je préfère nettement troquer ;-)…
    Par contre, j’avoue que ma P.A.L s’est alourdie considérablement depuis que je fréquente la blogosphère littéraire… Toute petite P.A.L d’un peu plus de 100 livres, mais qui ne dépassait que rarement la vingtaine auparavant…
    Maintenant, quand je rentre dans ma librairie, je les « connais » presque tous, ceux qui y sont alignés sur les tables de présentations ou sur les présentoirs de mise-en-avant… C’est un peu comme s’ils me « parlaient » déjà… 😉
    Mais là où ça devient encore plus grave (si l’on peut dire…), c’est que je me suis prise de passion pour une autre activité : chiner les bonnes affaires dans les livres d’occasion!… On y trouve des pépites à peine ouvertes, quasiment jamais feuilletées, des classiques lus dans mon adolescence empruntés ici et là qui viennent enfin s’installer chez moi… Un pur bonheur…
    Voilà aussi pourquoi j’ai beaucoup plus de mal maintenant à emprunter des livres plutôt qu’à les acheter : quand je les ai fini, ils s’en retournent ailleurs au lieu de rester avec moi… 😉

  11. C’est très intéressant de lire tout cela et j’ai adoré ta dernière phrase sur les libraires et leur PAL infinie ^^
    J’ai par contre l’impression que tu t’es sentie obligée de te justifier, j’espère que non!
    Pour ma part, pour diverses raisons, je ne suis pas matérialiste ni consumériste et, comme toi, j’achète peu de vêtements, etc. mais il est vrai que les livres sont peut-être l’exception qui confirme la règle ^^ Car dans ce que tu dis je me reconnais en grande partie et d’aussi loin que je me souvienne, comme toi, rien qu’à l’école, les livres à acheter étaient un immense plaisir et la bibliothèque familiale une caverne aux mille trésors!
    Au début je me disais que ma PAL ne dépasserait pas la vingtaine… j’en suis à 40-50 hum ^^’ Pour moi elle est devenue ingérable (et encore plus pour mon homme) et le plaisir commence à devenir tourment… en fait pour moi le rythme idéal est de la nourriture mensuellement d’autant de livres dont elle baisse ce qui me permettrait de découvrir, acheter ou recevoir (cette dernière option étant très déculpabilisatrice!)
    M

  12. Zut mon com est parti tout seul ^^’

    Je voulais donc ajouter que malgré tout je pèse à chaque fois la décision de l’achat de tel ou tel livre mais qu’il est vrai que la blogopshère donne très envie de découvrir de nombreuses œuvres et qu’il est rassurant d’en acheter immédiatement… une certaine peur que, même si les titres sont écrits sur ma LAL, ceux-ci pourraient disparaître! lol Et, surtout, une très grande envie de les découvrir, là tout de suite, même si je sais bien que d’autres livres m’attendent déjà dans ma PAL.

  13. C’est fou ce que je me retrouve dans ce que tu dis… Même si ma PAL déborde et que je n’arrive plus à suivre je suis incapable de résister à un livre qui me fait envie et je suis capable moi aussi de faire des kilomètres pour trouver celui qui me manque… D’ailleurs si je n’ai pas au moins une fois par semaine une sortie dans une librairie je déprime… (et c’est un minimum une fois)… C’est vrai que nous sommes drôement atteintes mais je me dis aussi que c’est une chance formidable d’avoir une passion aussi grandiose… Pour moi la lecture est vraiment quelque chose d’important, un jour sans avoir trouvé ne serais-ce que quelques minutes à lire est une journée où il manque quelque chose et je me couche frustrée… (parce que parfois la fatigue est là et le soir une fois dans mon lit, je n’ai qu’une envie : dormir !) Mais c’est un tel bonheur de pouvoir feuilleter, humer, pénêtrer dans un livre et piocher quelques pages au hasard et se dire : quel bonheur ça va être de le lire celui là !!!
    Et, ce qui me fait du bien, c’est de voir, depuis que j’ai découvert les blogs de lectures, que je ne suis pas la seule… Et du coup, je décomplexe complètement (ou presque :0)
    Bisous George

  14. Moi aussi je me retrouve beaucoup dans ce que tu dis. J’aime que les livres que je lis soient à moi. Je ne m’inscris donc pas en bibliothèque. J’aime avoir une PAL fournie pour savoir que je ne manquerai pas de lecture, et pour pouvoir regarder les livres, les toucher, les humer, en redécouvrir que j’avais oublié que je possédais. Et impossible de m’en séparer une fois que je les ai lus, à moins que je les ai détestés… des fois qu’il me vienne l’envie de les relire plus tard… Il n’y a que les mangas que j’arrive à revendre.
    Mon drame est de savoir que ma vie ne suffira pas à (re)lire tout ce que j’ai envie de (re)découvrir et qu’il faut faire des choix.
    Mon gros souci est le stockage : la pièce qui me sert de bibliothèque chez mes parents arrive à saturation. Chez moi il y a des livres partout, même dans la salle de bains et la cuisine, et dans la plupart des armoires et placards. J’en arrive sérieusement à la conclusion qu’il faut que je déménage pour avoir une pièce de plus où mettre des livres. A ce stade là, je crois que c’est incurable…

  15. Je pourrais faire un copié-collé de ton article en ce qui concerne mon rapport aux livres !! Mais là où je suis pire, malgré certains dont je suis sûre que je ne les relirai plus, c’est que je n’arrive pas à les vendre, les offrir de temps à autre oui ou en donner mais il faut que je les sente LA, tout près et tant pis s’ils s’entassent en piles déguingandées… on devrait aller voir le même psy, il nous ferait peut-être un tarif de groupe !!^^

  16. Je découvre ce blog (c’est que je n’ai pas que ça à faire: je lis 😉 et je vous rejoins sur le « livre parfait »… quel plaisir de finir un livre qui m’a emporté/charmé/etc et quand le livre a été « au dessus du lot », je me dis qu’il doit y avoir encore mieux, forcément, et j’espère tomber dessus un jour !
    Tout pareillement, je ne lis que très rarement des livres empruntés/prêtés, parce que ça m’ennuierait de ne pas le posséder s’il me plaît ! marrant… et effectivement, les rares livres qui sont ressortis de chez moi sont ceux qui m’ont déplu.
    Cela dit, je suis sage, je limite ma PAL à quelques volumes (moins de 20), et c’est tant mieux: il m’est arrivé d’acheter deux fois le même, étourdi que je suis… d’où d’ailleurs mon arrivée ici, puisque je cherche à cataloguer tout ça, et j’hésitais (LibraryThing ou autre chose ?), et google m’a envoyé ici… je sens que je vais repasser !
    Bonnes lectures.

  17. Comme la plupart des commentateurs avant moi, je partage ton point de vue sur les livres. Je vais à la bibliothèque pour les livres pro trop chers et pour les BD, mais j’ai toujours l’impression que si je ne possède pas un livre, il va me manquer, je vais en avoir besoin à un moment ou j’aurai besoin de savoir que je l’ai bien lu en vérifiant dans ma bibliothèque.
    Et puis ces retards qui n’en finissent pas, ces réprimandes d’enfant ou d’ados quand j’avais quelques jours de retard, ces piécettes qu’il fallait réclamer pour payer les amendes et ma maman qui en remettait une couche !
    Non, vraiment, vive la librairie. Je me laisse aller en me disant que si je n’achète pas un livre quand je le trouve, j’oublierai ou il partira au pilon et ensuite, impossible de le retrouver aussi facilement.
    Non, vraiment, c’est de la faute des éditeurs si on achète autant de livres 🙂

  18. Je trouve qu’il n’ y a rien de grave à cumuler des livres. Il faut prendre son temps et ne pas aller plus vite que la musique. Pour ma part, étant plus jeune je lisais sans cesse. J’ai eu une nouvelle vie, c’est à dire maman.
    Je n’ai plus eu le temps de lire bizarrement, et aujourd’hui je le regrette.
    Quand je vois la photo de ta chambre, j’aimerai avoir tous ces livres et avoir le choix de lire.
    Alors, aujourd’hui j’ai décidé de me remettre à lecture.
    D’aller sillonner les librairies, et d’acheter un livre tous les 2 MOIS
    Personnellement, en lisant cet article et bien cela m’a donné le goût de relire à nouveau. Alors, merci à vous.

  19. Bonjour, je lis cet article très longtemps après sa publication… Je ne sais même pas si ce blog est toujours actif ? Je n ai d’ailleurs pas pour habitude de commenter des blogs ou autres… Mais là, j’ai l impression de m entendre penser… Moi aussi j achète trop de livres, plus que je ne lis, et alors que j ai un rythme de lecture assez correct (4/6 livres par mois). J aime les posséder, savoir que je les ai à disposition. Je cherche la perle rare, je l ai déjà trouvée quelque fois, et je continue encore et encore… J adore votre phrase : Un livre lu contient non seulement son histoire propre mais la mienne aussi au moment de sa lecture

Un petit mot sera le bienvenu

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s